Sereia Louca, nouvel album de la rappeuse Capicua

CapicuaCapicua revient cette année avec un double-album qui confirme sa place dans le panorama du hip-hop portugais. Originaire de Porto, Ana Matos de son vrai nom, tombe dans le rap à l’adolescence, pendant les années 1990 et commence les collaborations à partir de 2004. En parallèle, elle étudie la sociologie à Lisbonne et conclut à Barcelone un doctorat en géographie humaine.

Après plusieurs EP, elle lance son premier album Capicua en 2012. Bien accueilli par la critique, cet album révèle la diversité du hip-hop et la plume accrocheuse de l’artiste. De ces 14 titres, se distingue notamment le très beau Casa do Campo, basé sur un sample d’Elis Regina. L’austérité qui sévit au Portugal sert aussi de source d’inspiration à la rappeuse de Porto, avec notamment Medo do Medo, portrait de la peur qui s’installe en cette période de difficultés économiques. Le titre Os Heróis, présente l’autre versant de la crise en appelant à lutte et à la recherche d’alternatives.

En mars 2014, Capicua redonne de la voix avec son deuxième album Sereia Louca. Cet album permet à Ana Matos de confirmer la richesse de son univers et sa qualité d’écriture, entrevues en 2012. Du premier disque de ce double album Cabeça, nous retiendrons la chanson éponyme Sereia Louca et Mão pesada. Deux titres qui racontent le parcours de femmes fortes, un des thèmes références de Capicua. Ce nouvel opus offre aussi des collaborations étonnantes, comme avec la fadiste Gisela João sur Soldadinho et en compagnie de la chanteuse angolaise Aline Frazão sur le morceau Lupa.

Cauda, le second disque de Sereia Louca présente de nouvelles versions de titres du première album, avec notamment une reprise acoustique de Casa do Campo et de Vayorken, titre autobiographique qui présente un sample de José Afonso. Pour Valentim de Carvalho, du journal Público, « Sereia Louca est une conquête, un disque qui revendique les diverses possibilités du hip-hop ». Capicua continue ainsi son exploration de la multiplicité du hip-hop et s’impose un peu plus comme l’une de ses ambassadrices sur la scène portugaise.

Publicités
Cet article a été publié dans Actualité, Culture, Musique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s